Robert Pougheon (1886-1955)
Autoportrait
Vers 1920
Crayon, plume et encre noire sur papier
334 x 247 mm

Né à Paris en 1886, Robert Poughéon est l’élève de Jean-Paul Laurens et d’Albert Besnard à l’École des beaux-arts puis de Charles Lameire à l’École des Arts Décoratifs où il se lie d’amitié avec Jean Dupas. Prix de Rome en 1914, il est mobilisé pendant la Première Guerre mondiale et ne peut séjourner à la Villa Médicis qu’à partir de 1919. À son retour en 1923, il expose régulièrement au Salon des Artistes Français et réalise plusieurs grands décors, notamment pour l’église du Saint-Esprit à Paris. Poughéon devient une figure de proue de la peinture Art déco et participe à l’Exposition Internationale des Arts et des Techniques dans La Vie Moderne à Paris en 1937. Influencé par la rigueur néoclassique et le dessin ingresque, l’art de Poughéon doit aussi beaucoup à l’atmosphère onirique de Pierre Puvis de Chavannes.

La formation académique de l’artiste accorde une place prépondérante au dessin. Il trace d’abord ses figures nues avec des muscles largement dessinés, presque maniéristes, dans une sorte de synthèse du cubisme. L’artiste affectionne particulièrement les sujets mythologiques dans lesquels point un léger surréalisme, dans la plus pure tradition Art déco.

Notre dessin est un autoportrait de l’artiste, identifiable par sa physionomie (ill. 1) : la coupe de cheveux, la calvitie, le front, le nez, la mâchoire et les oreilles sont caractéristiques. Selon Louis Deltour, spécialiste du peintre, le dessin est réalisé au moment où l’artiste travaille au chantier de l’église Saint-Antoine de Padoue dans le 15e arrondissement de Paris, entre 1933 et 1935. Poughéon peint les cartons pour les vitraux qui seront ensuite exécutés par le maître verrier Louis Barillet. L’artiste aurait utilisé ses propres traits pour tracer ceux du Christ pour le carton Je suis ton roi (ill. 2).

Vendu

Ill. 1 : Thérèse Bonney, Robert Poughéon dans son atelier, vers 1927, tirage photographique, Paris, Bibliothèque historique de la Ville de Paris.
Ill. 2 : Louis Barillet d’après un dessin de Robert Poughéon, Voici ton roi, vitrail, Paris, église Saint-Antoine-de-Padoue.