Pierre Puvis de Chavannes (1824-1898)
Portrait d’Émile-Adolphe Dezaunay de profil
Vers 1880-1883

Fusain, estompe et craie blanche sur papier
308 x 228 mm
Cachet d’atelier en bas à droite : « P.P.C. »

Provenance :
Collection Camille Jordan (1838-1922), neveu de l’artiste
Collection Augustin Jordan-Pazzis (1910-2004)
Par descendance


Pierre Puvis de Chavannes est considéré comme l’un des précurseurs du symbolisme et l’un des pères de l’art moderne pour son influence sur les grands peintres du début du XXe siècle (Henri Matisse et Pablo Picasso entre autres). Dans sa jeunesse, il fréquente les ateliers d’Ary Scheffer, Thomas Couture et Eugène Delacroix à Paris. Il est également influencé par Théodore Chassériau et découvre l’art des primitifs à travers le classicisme de Jean-Auguste-Dominique Ingres. Il entreprend deux voyages successifs en Italie, en 1846 et 1848, au cours desquels il se familiarise avec les artistes florentins et vénitiens de la Renaissance. Il expose pour la première fois au Salon de 1859, un Retour de chasse qui retient l’attention de la critique. Il reçoit plusieurs commandes pour de grands cycles décoratifs dans lesquels il traduit des thèmes historiques et allégoriques dans un langage monumental. L’utilisation d’une gamme colorée restreinte, d’une facture maigre et d’une lumière égale et abstraite confère à ses compositions un caractère paisible.

Dans son atelier rue du Château à Neuilly, Puvis de Chavannes avait des élèves qu’il employait également comme assistants pour mener à bien ses grands décors muraux. Il était proche de ses apprentis et avait pour habitude de les reprendre et de les conseiller longuement. Au début des années 1880, il entreprend de peindre un tableau le représentant dans son atelier entouré de ses élèves les plus proches. Connu par des dessins et esquisses, le projet intitulé Puvis de Chavannes et ses intimes fut finalement abandonné. Comme toujours, Puvis trace d’abord la composition d’ensemble et s’attèle ensuite aux figures individuelles. Plusieurs portraits de ses élèves liés à cette composition nous sont ainsi parvenus : Ary Renan, Henri Daras, Paul Baudouin, Auguste Flameng, Adolf Sandoz et Émile Adolphe Dezaunay. De profil ou de face, les modèles sont tous représentés dans des cadrages très serrés et tracés d’un fusain appuyé, parfois rehaussé de craie blanche.

De cette série, le musée du Louvre conserve un portrait de face au fusain de Dezaunay (ill. 1), dont les traits physiques correspondent parfaitement à notre modèle. La coiffure, les moustaches, le nez et même le col de la veste sont les mêmes. Un portrait à l’huile reprenant la composition de notre dessin, conservé dans une collection particulière, a été exposé en 2006 à Amiens comme un portrait de Claude Debussy mais représente en réalité Dezaunay. Après avoir été élève de Puvis de Chavannes et d’Élie Delaunay, Dezaunay s’installe à Pont-Aven en 1890 où il rencontre et admire Paul Gauguin. Il peindra toute sa vie des toiles d’inspiration bretonnes d’une touche libre aux couleurs vives rappelant l’art de son ami Maxime Maufra.

Vendu

Ill. 1 : Pierre Puvis de Chavannes, Portrait d’Emile-Alfred Dezaunay, Fusain, estompe et rehauts de blanc sur papier, 306 x 227 mm, Paris, musée du Louvre.