Albert Lebourg (1849-1928)
Portrait de jeune garçon
1878
Fusain et rehauts de craie blanche sur papier

490 x 315 mm

Signé, localisé et daté en bas à gauche : « A. Lebourg / Montfort 1878 »


Natif de Normandie, Albert Lebourg suit dès dix-sept ans des cours d’architecture à l’École des beaux-arts de Rouen. En 1872, il part enseigner le dessin à Alger, mais après quelques années algériennes, il préfère gagner Paris. Il suit à son retour les cours de Jean-Paul Laurens à l’École des beaux-arts. Attiré par les lumières du Nord et la mer normande, Lebourg se passionne pour les effets d’atmosphère et se tourne progressivement vers le paysage. Il entre naturellement en contact avec les impressionnistes et participe à leurs expositions de 1878 et 1880. La Seine et la Marne deviennent ses sujets de prédilection et il partage son temps entre Rouen, Paris et sa campagne natale : Montfort-sur-Risle et les environs de Pont-Audemer.

Bien qu’impressionniste en peinture, Lebourg dessine au fusain, à la pierre noire et au crayon Conté, s’inscrivant dans la tradition naturaliste initiée par Gustave Courbet et Jean-François Millet. Faits de petites touches juxtaposées et de frottements de crayon sur le grain du papier, les dessins de Lebourg jouent sur de puissants effets de clair-obscur. Datée de 1878, notre belle feuille est l’un des rares exemples de portraits dans l’œuvre du peintre. En effet, l’artiste ne s’est essayé à la représentation de figures que dans ses premières années, dessinant exclusivement les membres de son entourage proche. Les modèles sont montrés dans des attitudes recluses et dans une atmosphère confidentielle évoquant la vie paysanne de la campagne normande. Cet aspect méconnu de son œuvre est le plus touchant, il permet au spectateur de pénétrer dans l’intimité de l’artiste.

Vendu