École française du milieu du 18ème siècle
La leçon de dessin
Pierre noire sur papier
160 x 195 mm

Provenance :
Maurice Marignane, Paris (L. 1872)
Alfred Normand (1910-1993), Paris (L. 153c)

Exposition :
Fragonard, Cercle artistique, Nice, 1906, comme Fragonard

Littérature :
G. Kahn, « Fragonard », L’Art et le Beau, n°3, 1907, p.35, comme Fragonard


L’Académie royale de peinture de Paris donnait les cours de dessins les plus fréquentés pour dessiner d’après le nu. Ceux-ci avaient lieu au Louvre deux heures par jour, le matin pendant l’été et l’après-midi en hiver et étaient suivis par 100 à 150 élèves. Ces cours étaient dirigés par les peintres les plus prestigieux de l’Académie, chacun un mois par an. Avant 1767, avec la création de l’École gratuite de dessin par Jean-Jacques Bachelier, la seule autre école autorisant les classes publiques de dessin d’après le modèle était l’Académie de Saint Luc. Ces trois écoles étaient toutes très courues.

Un auteur anonyme d’un mémorandum écrit en 1773 déclarait que “indépendamment de l’École de l’Académie où, à la vérité, l’on est admis que quand on est déjà avancé jusqu’à un certain point, il y a nombre d’écoles particulières tenues par divers de ses membres où l’on prend les éléments du dessin”. Ces écoles privées, souvent organisées par les professeurs des Académies dans leurs propres ateliers, étaient fréquentées par des groupes d’étudiants beaucoup plus restreints qu’à l’Académie Royale. Le présent dessin représente probablement un tel studio privé avec le modèle assis au fond au centre, assis sur un tabouret, sa main droite levée et éclairé par une lampe suspendue au plafond. Dix dessinateurs, élégamment habillés, sont assis autour du modèle et dessinent leurs académies sur un papier attaché à un carton appuyé sur leurs genoux. L’auteur de ce croquis rapide, dessinant de l’extérieur du groupe, est probablement le maître lui-même.
AD.