Auguste Rousselin (1841-1916)
Étude de figure nue à cheval, préparatoire à La Foire de Saint-Martin à Pau, vers 1885
Mine de plomb et rehauts de gouache blanche sur papier bleu, 324 x 214 mm
Monogrammé en bas à gauche : « A.R. »


Né à Paris, Joseph Auguste Rousselin se forme dans les ateliers de Thomas Couture et de Charles Gleyre. Il y rencontre la jeune génération impressionniste. Ses camarades d’atelier sont Auguste Renoir, Alfred Sisley et surtout Édouard Manet avec qui il tisse de forts liens d’amitié. Manet l’invite dans sa maison familiale de Boulogne-sur-Mer où il le fait poser durant l’été 1868 pour Le Déjeuner dans l’Atelier (ill.1). Rousselin est l’homme au cigare, chapeauté de gris au second plan. Plus qu’un ami, Rousselin est aussi un mécène pour les impressionnistes dont il collectionne les tableaux.

Artistiquement, le jeune peintre ne semble pas être influencé par ses amitiés et reste plutôt fidèle à la technique académique d’un William Bouguereau dont il fréquente aussi l’atelier. Notre dessin en est l’exemple. Pour mettre en place la composition d’un futur tableau, Rousselin applique une méthode purement académique : il commence par dessiner son personnage nu avant de le retourner et de l’habiller dans la composition peinte. Seuls le chapeau et les chaussures sont présents dans la première pensée. D’abord portraitiste et peintre de genre, Rousselin est également un habile peintre équestre comme l’atteste notre belle feuille. Il s’agit d’une étude pour La Foire de Saint-Martin à Pau, tableau exposé au Salon de 1885 et représentant un marché aux chevaux. Le musée de Pau conserve une esquisse à l’huile (ill.2) du tableau final aujourd’hui dans une collection particulière.

Vendu

Ill.1 : Édouard Manet, Le Déjeuner dans l’atelier, 1868, huile sur toile, 118 x 154 cm, Munich, Neue Pinakotek.
Ill.2 : Auguste Rousselin, La Foire de Saint-Martin à Pau (étude), huile sur toile, 41 x 33 cm, Pau, musée des Beaux-Arts.